Ep16 – Epistémologie, la science qui étudie les sciences

Loupe épistémologique

On a vu que la science est une méthodologie d’acquisition de connaissances expliquant le réel. Mais de fait, il est important de savoir comment on sait ce que l’on sait. Et ça, c’est le domaine de l’épistémologie…

Cet article fait partie d’une série

Je me suis lancé le défi de publier 31 articles en mars 2021 pour faire un tour d’horizon de la science. Celui-ci est le seizième publié (le premier est le sommaire du défi visible ici)

La science des sciences

C’est les maths ! Tu vois, je suis bien tes articles…

Perdu. Les maths on dit « reine des sciences » mais la science des sciences c’est l’épistémologie. En même temps, c’est dans le titre…

Si la méthode scientifique fait l’unanimité dans les sciences, si un scientifique comprend une étude hors de son domaine, c’est qu’il y a bien une communauté de principes. Et donc, c’est une forme de connaissance qui colle au réel des connaissances du réel. (??? Si, si relisez 2 ou 3 fois…) Autrement dit : Une science qui étudie la méthode scientifique.

Définition d’épistémologie

D’après Le Robert :

Étude critique des sciences, destinée à déterminer leur origine logique, leur valeur et leur portée (théorie de la connaissance).

Ce n’est plus vraiment une science

L’épistémologie n’étudie pas directement le réel, à ce titre elle s’écarte du domaine des sciences pour s’approcher du domaine de la philosophie, ce qu’elle n’est pas non plus, contrainte directement par les sciences.

Donc en fait, l’épistémologie regroupe des notions historiques, philosophiques, éthiques, méthodologiques.

Des noms d’épistémologues célèbres

L’épistémologie est une science relativement récente, émergeant du schisme entre sciences et philosophie.

Henry Poincaré est un mathématicien, un peu physicien qui écrivit 4 ouvrages sur la méthode scientifique et la philosophie des sciences.

Karl Popper est une philosophe des sciences qui érigea les principes déterminant qu’une question est scientifique.

Gaston Bachelard, aussi philosophe des sciences, a travaillé à ajuster ses analyses philosophiques aux dernières découvertes scientifiques.

Histoire des sciences

Ou comment savoir comment on a su ce qu’on sait (??? Bis … Ah, la relecture …)

L’histoire des sciences est une science étudiant le passé de la démarche scientifique. Basée sur les écrits des philosophes (qui est la science des sciences jusqu’au XVIIème siècle, intimement liée à la science) antiques et historiques, elle tente de retracer les étapes de la création de notre savoir scientifique. Elle décrit les découvertes dans leur contexte et met aussi en lumière les échecs dans les sciences.

On y rencontre d’illustres personnages comme des presque inconnus.

Ethique

Il s’agit d’une discipline philosophique et sociologique qui pose le cadre de ce qui est moralement possible ou impossible de faire en recherche scientifique. L’éthique a toute sa place en médecine, science médicale et actes thérapeutiques étant fortement impactés par ce moralement possible.

Un exemple de question éthique : peut-on vacciner des personnes saines contre le COVID dans les phases de test des vaccins alors qu’on ne connaît pas les éventuels effets secondaires ?

Si on le fait, c’est qu’on accepte un « sacrifice » potentiel de personnes saines mais on finit par sauver beaucoup de monde une fois le vaccin finalisé.

Si on ne le fait pas, on préserve la santé des cobayes mais on n’accède pas au vaccin commercialisable et on fait perde des chances de vie aux futurs contaminés.

L’éthique est la balance acceptable entre bénéfices et risques. Tout traitement médical répond à cette balance bénéfice/risque.

La philosophie des sciences

Cette discipline traite de questions autour des sciences.

Par exemple, quelle est la place de l’Homme dans l’univers, selon les découvertes scientifiques.

Avant Copernic, Tycho Brahé et Galilée, l’Homme était au centre du monde. Tout tournait autour de la Terre.

Arriva alors une première blessure narcissique : Le Soleil est le centre de l’univers d’alors. La Terre et les Hommes sont sur la 3ème planète…

Lorsqu’on comprit que la Voie Lactée était un ensemble de « soleils », re blessure, on est autour d’une étoile parmi des milliers (environ 6000 visibles à l’époque). Lorsque Hubble découvrit que certaines « nébuleuses » étaient des galaxies lointaines, on s’est encore éloigné de notre nombril !

Cette articulation philo/science contraint les modèles philosophiques aux découvertes scientifiques.

La didactique des sciences

Eh oui, les sciences ça s’apprend, ça se transmets. On a dont une discipline pour savoir comment transmettre la science.

Dans les universités, les enseignants sont aussi chercheurs. Le temps est partagé entre enseignement de leur discipline (ou discipline générique de leur domaine) et recherche en laboratoire (un labo, ce n’est pas juste une salle équipée de paillasses en carrelage avec des tubes à essai. C’est un terme générique pour dire « lieu de recherche »).

Il est donc normal qu’une science de l’enseignement se développe aux cotés des sciences à enseigner.

Panorama des disciplines associées à la science

Ainsi, j’ai présenté les principales associées de la démarche scientifique.

Avec ces disciplines, la science est implantée dans le paysage sociologique.

Elle répond ethiquement et moralement de ses pratiques.

Elle accède à la philosophie qu’elle contraint par le réel qu’elle dévoile.

Elle se donne les moyens de sa transmission aux nouvelles générations de chercheurs.

Sources

  • A. Barrau (2020), Philosophie des sciences, cours tout public.
  • T. Mehinto, (2018). Cours de didactique des sciences, Parcours M2 ICMS – Université de Guyane.
  • DESAUTELS, J., LAROCHELLE, M., GAGNE, B., & RUEL, F. (1993). La formation à l’enseignement des sciences: le virage épistémologique. Didaskalia (Paris).
  • Inspiré de Etienne Klein, Philosophe des sciences.

Mon défi : Tour d’horizon de la science en 30 jours

Les règles que je me suis fixées :

  • Je publie un article par jour pendant le mois de mars 2021
  • Je traite de la méta question de LA science
  • Je fournis mes sources principales
  • Je suis faillible et peux faire des erreurs, je les reconnaitrai publiquement lors de la correction d’articles (et créditerai celui ou celle qui me le fera savoir) – pas pour des fautes d’orthographe non plus 😉 il n’y a pas d’intérêt.

J’aimerais votre avis sur mon défi :

  • est-ce une bonne idée ?
  • que souhaitez-vous que je traite ?
  • est-ce utile, avez-vous appris de mes articles ?

J’attends vos commentaires.

Partagez si vous aimez ;-)

Un commentaire

  • Excellent article encore. Très intéressante cette notion de sciences des sciences. C’est finalement celle que je préfère !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :