Ep12 – Connaissances scientifiques, doute, recherche… Faisons un point

Somme des connaissances scientifiques

. 😉

Maintenant que nous avons vu les bases de l’esprit critique, je vais développer un peu plus ce que contient la science.

Cet article vous permettra de distinguer les différentes composantes incluses sous le vocable « LA Science » : connaissances scientifiques, recherche, vérité, scienceS dures, molles…

Cet article fait partie d’une série

Je me suis lancé le défi de publier 31 articles en mars 2021 pour faire un tour d’horizon de la science. Celui-ci est le douzième publié (le premier est le sommaire du défi visible ici)

La science, les sciences

La science, dans le sens de la démarche scientifique construisant des connaissances pour expliquer le réel empirique est composée des différentes sciences spécialisées dans l’étude d’un domaine plus précis.

Il faut voir ceci comme une arborescence des « méta »sciences vers les spécialités les plus extrêmes.

Je ne pense pas intéressant de développer l’arborescence, juste savoir qu’elle existe et mettre en lumière un point particulier lorsque nécessaire.

Les méta-sciences

Les mathématiques

C’est la science de la logique. Elle sert surtout à développer des outils inscrits dans un cadre hyper logique. Elle contient l’algèbre, la géométrie, les probabilités… Elle est la trousse à outil d’autres sciences

On l’appelle parfois « la reine des sciences ».

Pourtant, c’est une science décorrélée du réel. On ne fait pas d’expériences en maths pour vérifier que les théories établies collent au réel.

La physique

C’est une branche qui étudie le fonctionnement matériel du monde. Elle étudie les lois fondamentales du fonctionnement de l’Univers et de la matière.

Elle est composée de 2 mastodontes :

  • La relativité générale qui explore l’infiniment grand avec l’astronomie et la cosmologie.
  • La physique quantique qui explore l’infiniment petit avec l’unification des forces électromagnétiques, nucléaire faible et nucléaire forte.

La physique s’intéresse à des domaines prolifiques en technologies humaines : mécanique, thermodynamique, optique, étude des fluides, électromagnétisme…

Les sciences de la Terre ou géosciences

Ce sont les sciences du fonctionnement du globe : géologie, volcanologie, sismologie, glaciologie, climatologie…

Elles s’appuient sur la physique (par exemple la dérive des continents expliquée par la thermodynamique).

Certaines sont « à cheval » entre géosciences et physique : la planétologie est l’étude des planètes en prenant les connaissances des géosciences et de l’astronomie.

Les sciences de la vie

Ce sont les sciences appliquées au vivant présent ou passé : biologie, biochimie, écologie, éthologie, paléontologie, médecine…

La paléontologie est tributaire de la géologie.

La médecine est à la fois une science et un art : les chercheurs en médecine sont aussi très souvent les soignants médicaux de notre système de santé.

C’est aussi une science sujette aux études les plus complexes car leurs conclusions s’appliquent à la santé humaine.

Sciences dures / molles

C’est une distinction un peu arbitraire qui se situe à peu près ici dans le catalogue… Les sciences dites dures s’appliquent au réel empirique et ne concernent pas les actions humaines. Les sciences dites molles sont moins collées au réel empirique et plus à la latitude de l’action humaine.

Mais la frontière est bien floue, certains allant jusqu’à considérer la biologie comme molle et certaines spécialités médicales s’avèrent molles dans une science considérée dure par certains (psychologie par exemple).

Histoire, géographie, archéologie

Ce sont des sciences bien distinctes mais qui sont centrées sur un modèle du monde humain. Elles décrivent notre passé et notre empreinte sur le monde.

Leurs méthodes d’acquisition des connaissances sont bien scientifiques malgré la difficulté d’interprétation des artéfacts humains.

Les sciences sociales

C’est un gros paquet de sciences s’appliquant à comprendre le fonctionnement social de l’humain. Elles sont utilisées en méthodologie scientifique pour éviter les biais de raisonnement. En étudiant nos comportements sociaux, nous comprenons où nous sommes susceptibles de biaiser nos travaux de recherche. Les sciences de l’enseignement se situent par là…

Un exemple d’arborescence

Si je vous dit électrophysiologie cardiaque, vous situez bien en rhytmologie ? Spécialité de Cardiologie, elle-même spécialité médicale qui est une science de la vie.

Aller, une autre :

Exobiologie ??? Ah, ben, biologie c’est en sciences de la vie, non ? Mais exo, comme exoplanète c’est plus de l’astronomie, non ? Exobiologie est l’étude du vivant extraterrestre. LOL, une science sur un sujet vide : la seule vie qu’on connaisse est sur Terre ! Oui, mais, ça n’empêche pas de travailler sur les « possibles » vies extraterrestres notamment pour créer des méthodes de détection potentielles. C’est de la recherche…

Chaque science possède 2 volets

Chaque science est à la fois la composante « connaissances » et la composante « recherche ».

Il est important de distinguer les 2, car les amalgamer c’est risquer de mal les comprendre.

On a des connaissances établies :

La Terre est un Globe. On le sait depuis l’antiquité. La physique dit « la forme d’un astre est la composante de sa gravité propre à sa masse et des liaisons électrochimique de ses composants.»

En-dessous de 500 km de diamètre, les liaisons entre les composants dominent sur la gravité et la forme est clairement patatoïde (astéroïdes, comètes…) au delà de 1000 km de diamètre, la gravité domine et s’applique à l’identique depuis le centre de l’astre donc il prend une forme sphérique. La Terre, c’est 12 000 km de diamètre. Donc c’est un globe. Connaissance absolue. Quelle qu’en soit la précision de la théorie de gravitation.

Lorsque Copernic place le Soleil au centre du système solaire, les planètes n’ont pas joué au billard cosmique sous prétexte qu’on changeait de paradigme sur Terre…

Ce sont des connaissances que l’on ne remet plus en doute.

On fait de la recherche

Et à la frontière de ce savoir établi, on cherche à préciser les phénomènes, découvrir d’autres lois naturelles. Et c’est là que la science est le doute. En recherche uniquement. Si vous suivez les cours tout public d’Aurélien Barrau sur l’Univers, il distingue très clairement ce qui est certain (relativité générale) de ce qui est en élaboration (théorie des cordes, multivers…).

Etienne Klein considère qu’on a confondu Science et Recherche ce qui explique le brouhaha scientifique autour du COVID, notamment.

Confondre un propos de science et de recherche

La science, c’est le doute, entend-on. Faux : La recherche, c’est le doute, la science c’est le savoir.

Le doute en science est l’objet de cet article, si vous l’avez raté…

Tel traitement fonctionne, c’est prouvé par une étude. Eh non, tel traitement est en phase de recherche, l’étude en question est une piste de réponse, pas plus.

Mais si vous invitez des scientifiques au journal de 20h et que la seule chose qu’ils disent est « on ne sait pas » « on est pas sûrs » « c’est trop tôt pour se prononcer »… alors le public et les journalistes se tournent vers ceux qui disent « J’ai trouvé !!! » « J’ai ma théorie sur… » même si ce ne sont que des avis d’experts…

Sources

  • A. Barrau, L’Univers, cours tout public
  • T. Mehinto, (2018). Cours de méthodologie scientifique, Parcours M2 ICMS – Université de Guyane
  • Inspiré de Etienne Klein, dans l’émission On a confondu science et recherche ! de MatriochK.

Mon défi : Tour d’horizon de la science en 30 jours

Les règles que je me suis fixées :

  • Je publie un article par jour pendant le mois de mars 2021
  • Je traite de la méta question de LA science
  • Je fournis mes sources principales
  • Je suis faillible et peux faire des erreurs, je les reconnaitrai publiquement lors de la correction d’articles (et créditerai celui ou celle qui me le fera savoir) – pas pour des fautes d’orthographe non plus 😉 il n’y a pas d’intérêt.

J’aimerais votre avis sur mon défi :

  • est-ce une bonne idée ?
  • que souhaitez-vous que je traite ?
  • est-ce utile, avez-vous appris de mes articles ?

J’attends vos commentaires.

Partagez si vous aimez ;-)

Un commentaire

  • Oui, j’ai appris bien des choses avec tes explications. Et je trouve que les enchaînements logiques étaient convaincants. Pour moi, un si long message par jour c’est vraiment un marathon. Mais je comprends l’expérience comme un jeu osé car il faut bien trouver une idée chaque jour et tenir la suite pour avoir fait le tour en 31 jours. L’idée est sympa. A refaire dans d’autres domaines ? Bonne chance

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :